YA PUS D’JULES

YA PUS D’JULES

Extrait du bulletins entre-nous N°1 2019

Pour recevoir notre bulletin complet “Entre-Nous” par courrier, vous devez adhérer à l’association des anciens.

L’aut’ jour,accouté Monsi l’Maire et Robert Henry qui parlott’nt du Broutteux. Je n’sais rin ch’in
qui m’a pris, mais l’nu d’après, comm’je n’dormot pos, tout d’un coeup, je m’sus rindu compte
qu’y avo pus d’Jules.T’as beau erwetti din l’carnet du jour d’tin journal, pus rin… Quo que j’me
dis, ch’est nin possible que l’race des Jules ill’ va disparaitte.
Un Jules ch’est quelqu’un, ch’t’un homme, un vrai, pus fort que l’z’autes. Tertus et s’femme,
in a connu des grands, des p’tits, des gros Jules. Bin seur, y’a eu Jules Grévy. Jules Ferry,
Jules Guesde, Jules Verne, et bin d’autes acor…
Mais pour nous’ autes, les Tourtchégnons, in a eu des grands Jules, énon !
L’s’historiens comme Jules Van den Driessche, L’secrétaire de l’Chambe de Commerce,
y a écrit un gros lif sus l’histoire d’Tourco.
L’pus grand, ch’ti qu’y a in monumint, ch’est not’Broutteux, Jules Watteeuw.
J’m’souvins tchan qu’j’étos garchonnal, j’allos d’timps in timps, li t’nir companis à s’belle majon
y n’da raconté d’s’histoires avec s’bonne tête et sin sourire plein d’malice. J’ai acor à majon un
lif que l’municipalité ill’avot distribué pindant l’d’jerre sus l’histoire de not’bonn’ville avec inne
dédicace qu’y m’avot écrit. In aut’ Jules qu’les Tourtchégnos y z’ont bin connu… Ch’est l’artisse
pinte Jules Steelandt. J’ai intindu dire qui pourrot avoir bintot inn’rue à sin nom. (N.D.L.R)
Cette rue existe et donne Rue D’Angleterre) In l’veyot souvint s’pourmener avec sin grand
noir capeu… Sin mon père ch’étot Jules Essin. Y’avot batilli in Indonésie pindint 7 ans pou
l’compte de l’Reine de Hollande et y’avot été basse solo des Cricks Sicks. Mais l’pinte y’étot bin

connu des garchons du Collèch et d’l’Ecole Industrielle bin connu pour ses oeuffes, son espé-
cialité Ch’étot les “Verts”. Y’étot aussi poète et in grand amisse d’not vi parlache… Ch’étot

in plaiji chucré d’accouter ses conférinces, cha coulot de s’bouque comme du miel.
M’ersouvintd’ubbe conférence sus l’Broutteux: Chétot tellemint bon qu’tertous y voulott’ avoir
l’texte qu’y étot écrit in grosse lett’s sus in cahier d’école. P’tête que Marguerite, s’femme, ell’
pourrot acor l’trouver din l’fond d’in tiroir…
Et l’Abbé Jules… Ch’ti d’l’Ecole Industrielle, Quand tu pinses qu’ill est v’nu là à tit’provisoire et
qu’près d’70 ans pus tard, ill’ y’est acor toudis là. À 92 ans y’a j’allos dire, bon pid, bon oeul
Malheureus’mint, à s’n’ache. Ill y fot inne paire d’cann’s et des grosses leunettes. Même 40 ans
pus tard y’r’connot accor tertus… Tin v’là Marcel et pis Louis.. Inne véritable incyclopédie
Ch’est qui n’d’a plachi des garchons dins les usines et dins les bureaux … Des Milliers…

Y n’d’a grammint qui sont allés butchi à l’porte d’sin bureau au desime étache in haut d’l”esca-
lier. Y avot inne habitude, ch’st de t’nir long’mint l’mains des gins… Si bin, qu’inne fos, in élèfe

y’a écrit : Quant à s’brafe Abbé Deltour, n’li donnez pos la main, y l’a gardera toujours.A m’mote
qu’in pourrot p’t’ête d’minder au Pape de l’nommer saint et in aro in saint d’Tourco…
Dins inne grinde filature, j’a connu un Jules, Ill’ y est acor p’t’ête pus pou long’mint. Ch’étot inne
grosse tête, inne intelligince , ch’étot un dur qu’y avot d’l’humour mas qu’y n’fallot pos printe
d’face. Y’étot ingénieux, in X qu’in dijot Ch’est comme cha qu’in appelle ceusses qu’y ont été
dins inne grande Ecole d’Paris.. Pôles et Techniques, j’pinse. Mais pourquo parler des autes.
Min mon’onque et min parrain ch’étot aussi Jules. Toudis l’mot pour rire, un grand musicien et
t’chanteux. Mais y a passé oute trop jomme d’inne ingine d’potrine. Les gins ach’teur y
n’savent pus quo’ et min grand père ch’étot Jules Essin. Y avot oeuvré dur tout s’vie Y’avot inne
tête comme l’Broutteux. Y’avot pus un poil d’sus. Y n’parlot pos grammint et y étos toudis contint,

j’m’ersouvins l’diminche y allot à l’messe d’six heures du matin et, à l’sortie y rintros dins in bis-
trot pou jeuer à cartes, au pitchet. Mais méfie te, si y’a pus d’Jules y’a beaucoup puque d’Julie.

Et si les Julies ell’ prenn’t l’réputation des Jules, inne fos d’puque,l’s’hommes y
n’s’ront pus maites à leu majon. Cha n’changera pos grammint d’affaire énon… A bintot
Ch’est mi. Hector
N.D.L.R article patoisant envoyé par un ancien élève qui a tenu de garder l’anonymat

Proposé par : Michel deceuninck